Olmon e olva

1. 2. 3. 4

1. Bèrtran Ôbrée Trio > Olmon e olva

Dedd La 2008 > 60’29 > réf. DL02 > distribué par Coop Breizh
Coup de coeur du jury du Grand Prix du Disque du Télégramme
[commander par L'Encre de Bretagne]
[écouter l'intégralité de l'album en écoute légale sur MusicMe]

titres

1. En’aotonn
2. La net s'etèn [écouter un extrait]
3. Drao
4. Olmon e olva
5. Rossignolet sauvage
6. Lon la grev
7. L'avion [écouter un extrait]
8. Exils [écouter un extrait]
9. Enmenn mae
10. Su la vâe [écouter un extrait]
11. Adans adsaer [écouter un extrait]



Dans la presse

« Révélé dans Ôbrée Alie au début des années 2000, Bèrtran Ôbrée poursuit en trio l'élaboration d'une oeuvre unique. Elle s'articule autour d'un chant gallo enraciné et moderne, délicieusement poétique. Julien Stévenin (contrebasse) et Erwan Bérenguer (guitares) projettent les mots du chanteur à la voix haute aux confins de différents univers : jazz, blues, folk, funk, contemporain... Leurs musiques sonnent mystérieuses et familières, comme la langue de Haute-Bretagne dont on saisit le sens sans reconnaître tous les mots. « Olmon e Olva » veut dire « Vers le haut et vers le bas ». Le titre de l'album est aussi celui d'une chanson envoûtante, développée sur un blues-jazz cool. »
Frédéric Jambon / Le Télégramme - 5 février 2009


« Chanteur à la voix et à l’univers singuliers, Bèrtran Ôbrée s’attache à écrire dans ce qu’il appelle sa langue de cœur, le gallo, dialecte parlé en Ille-et-Vilaine. En compagnonnage avec deux musiciens de la scène bretonne (le guistariste Erwan Bérenguer et Julien Stévenin à la contrebasse), il chante la nature, les éléments, l’amour, la sensualité mais aussi la perte de sa culture (Exils). Ôbrée joue avec les sonorités propres à sa langue (L’avion). Tous trois laissent le temps se déployer tranquillement. Hormis deux chansons composées sur des rythmes de danse, les notes sont étirées, avec une belle réverbération sur la guitare. Bèrtran Ôbrée parle parfois d’envol dans ses chansons : on plane à leur écoute. »
P.C. / Mondomix - septembre-octobre 2008


« De l’écoute de cette musique, mais aussi de cette voix qui, au fil des albums, s’est affinée, l’on ressort ému, sonné, bouleversé, amoureux. Une sensation qui n’est pas si commune et rend cet album hautement recommandable. »
Caroline Le Marquer / Musique bretonne – juillet-aout 2008

« Il offre à ses auditeurs d’intenses moments de beauté, de bonheur, de plénitude. »
Armor Magazine – juin 2008

« Un grand cercle sous de multiples influences (…). Du jazz à la musique improvisée, via ce Olmon e olva digne du plus beau fado, les mots d’ici de Bèrtran Ôbrée nous ouvrent finalement les portes d’un ailleurs imaginaire, là où le sirocco du Sahara a une chance de rencontrer les embruns d’Aber Wrac’h. »
Jean-Baptiste Gandon / Sortir dans l’agglomération rennaise – avril 2008


« An taol-mañ en deus dibabet pleustriñ war sonerezh « arnodiñ ». Laosket en deus muzikoù a-vremañ da levezoniñ e awen. Testennoù modern en deus ijinet e gallaoueg. An aergelc’h divoutin-mañ a vez kavet en-dro pa vez arvestet ouzh ar strollad war al leurenn ivez, ur gwir veaj. »
Joan Bizien / Ya ! – gwener 7 a viz meurzh 2008